Author Archives: EB

Les aventures de Béa

Bonjour à tous ! Je m’appelle Béatrice Roux, j’ai 15 ans et je fais un stage ici, au Musée royal de l’Afrique centrale, pendant 10 jours. Je vais faire toute sorte de choses et je vais vous faire découvrir les coulisses de ce beau musée, donc si vous voulez en savoir plus, continuez à lire !

Lundi:

Ce matin j’ai travaillé avec des archéologues, Els et Alexandre. Els et Alexandre m’ont expliqué leur but et m’ont appris plein de choses sur la République démocratique du Congo, les expéditions et fouilles archéologiques qu’ils ont fait, mais pas seulement : ils m’ont aussi montré plein de choses : Els ma montré plein de pièces archéologiques trouvées par terre, dans un puit… et aussi des pierres taillées, des vases reconstruit à partir des pièces archéologiques… Alexandre, lui, ma montré la monnaie en cuivre qu’ils utilisaient là-bas, au Congo, les croisettes. Les placards sont remplis de belles choses ! C’était super intéressant ! J’ai été surprise par la quantité de travail qui se fait derrière un bureau et non pas là-bas, sur place, pendant les expéditions. J’ai eu l’opportunité d’aider à trier une toute petite partie (il y en a tellement) de bouts trouvés lors de ces expéditions, pour ensuite les recoller ensemble.


Mardi :

Aujourd’hui j’ai travaillé dans l’entretien, avec Amadou. Il nettoie le musée et les bureaux avec une grande équipe. Amadou a du courage : il doit se lever à 5 h du matin, et c’est encore plus sportif que je ne l’imaginais : Il y a tellement de bâtiments, donc tellement de pièces à nettoyer et c’est important ici d’avoir des bureaux, cafètes et vitrines propres.
Voilà, une matinée fatigante !


Jeudi :

Ce matin j’ai travaillé avec pas mal de monde. J’ai eu beaucoup de chance : j’ai pu découvrir les impressionnantes collections de papillons et autres insectes avec Alice, Stéphane et Didier. Ils m’ont montré tellement de bêtes, même eux ne savaient pas quoi me montrer, c’était magnifique. Tout est classé dans de grandes armoires puis dans des boites.
Ici, je suis en train de tenir une boite de papillons de nuit ; Super beau non ?
J’ai aussi pu prendre des photos de coquillages, avec Aurore, et faire du « stacking » pour ensuite les envoyer à un scientifique. En effet, la digitalisation ici, et dans beaucoup d’autre musées, c’est la voie de l’avenir, car quand un scientifique demande un insecte, plus besoin de lui envoyer l’insecte au risque de le retrouver avec une aile en moins,
mais on prend des photos et on les stack !
J’ai aussi pu remarquer qu’ils étaient tous très attachés aux collections !


Vendredi :

Aujourd’hui j’ai travaillé avec Sandra Eelen. On devait mesurer tous les textes explicatifs des boites avec les papillons de la salle des crocodiles, seule salle qui va être exactement reconstituée comme en 1910. Il fallait donc être très précis pour reproduire les même cartons, textes, police, et très délicat, afin de ne pas abimer les papillons et les boites qui ont plus de cent ans ! Il y avait donc aussi des produits chimiques dangereux, c’est pourquoi on portait le masque. Puis, on a modifié toutes les mesures prises des textes sur un ordinateur, et c’était beaucoup de boulot, on n’a fait que 2 textes ! Il faut donc de la précision, j’ai pu le remarquer dans celui-ci, comme dans d’autres métiers ici à Tervuren .


Lundi :

Alain Reygel, malheureusement le dernier dessinateur du musée, dessine des poissons. Il les dessine parce que la plupart des poisons sont plus beaux en dessin qu’en photo, pour ensuite les mettre dans des livres ou autres. Mais il doit être très précis avec les mesures pour le côté scientifique. J’ai trouvé que c’était un beau métier… J’ai aussi pu voir quelques oiseaux d’Afrique, c’était splendide ! Donc aujourd’hui j’ai encore découvert tellement de choses !


Mardi :

Aujourd’hui c’était mon dernier jour où je découvrais un nouveau métier =( Mais cette dernière matinée j’ai pu encore et toujours découvrir de merveilleuses choses dans ce merveilleux musée 😉  Florias devait faire les nouvelles vitrines, et j’ai pu l’aider : Il fallait trouver les pierres qu’il voulait montrer, et/ou en trouver de nouvelles. Puis trouver un assemblement logique pour les futures vitrines, intéressant mais compliqué… (enfin c’était très lourd donc j’étais pas d’une très grande aide). C’était incroyable encore une fois tous ces placards remplis ! Florias m’a expliqué plein de choses sur les minéraux d’Afrique centrale et plein de choses étonnantes (saviez-vous que l’aluminium est une pierre orange a la base ?) ; certaines pierres avait 1 milliard d’années, incroyable ! 😮 C’était une super matinée !


Mon travail (l’après-midi)

Maintenant mon travail et ce que je faisais avec Elke : une fois que j’avais découvert le matin le(s) métier(s), on retournait l’après-midi dans les bureaux/cave où j’étais pour faire des photos. Puis, on allait dans le pavillon de la direction, tout en haut (où il fait très chaud) et je préparais mon texte pour Instagram et le blog, je choisissais une photo (c’est très dur)
mais je mettais aussi un joli cadre autour !
Elke et Kristien étaient là pour m’aider, et enfin, Elke publiait ma photo.


Voilà , mes 10 jours de stage sont terminés , je suis super triste, car ça a vraiment été une expérience formidable… Le musée est vraiment impressionnant, je ne savais pas que c’était aussi grand, beau, … Enfin bref, je suis super pressée que les portes rouvrent l’été prochain.


Je souhaite remercier tous ceux qui m’ont pris en charge (il y en a beaucoup) car ils ont tous été super sympas, j’ai vu, découvert, appris tellement de choses.

Communication:
Kristien Opstaele & Elke Bergeys
Archéologie:
Els Cornelissen & Alexandre Livingstone-Smith
Entretien:
Rein Nulis & Amadou Bah
Biologie:
Didier Van den Spiegel
Alain Reygel
Alice Buset
Stéphane Hanot
Aurore Matthys
Muséologie:
Sandra Eelen
Géologie:
Florias Mees

 

 

 

Volunteer work @ the AfricaMuseum

Last Saturday the museum organized its very first info session for future volunteers.
AfricaMuseum is known as one of the world’s most beautiful and impressive museums devoted to Africa, so you can imagine their keen interest in being an active part of it! About 20 enthusiastic future volunteers enjoyed an informative afternoon that included a special visit to the construction site.

The museum is developing volunteer work opportunities so that members of the public can play an active part in the project. A whole range of possibilities will be available.
Even before the museum reopens, some volunteers can already lend a hand during specific activities, such as the return of the museum’s masterpieces or preparations of reopening festivities.
They can also help set up the exhibitions and the welcome pavilion by installing or moving museum pieces and fittings. And just by being ambassadors for the museum, our volunteers will already be making a great contribution to our efforts to develop these opportunities.
AfricaTube is also based on volunteer work. It has already been mentioned in previous blog posts. It is a specific project inviting young volunteers aged 16 to 26 to be part of this interactive and digital platform that selects videos from the internet to show a more contemporary Africa, and show its innovative, creative, and dynamic face.

Stay tuned!

Aankleding van de Hortahal voor de expo ‘Congo Art Works’

Van 7 oktober 2016 tot 22 januari 2017 loopt de tentoonstelling Congo Art Works. Populaire Schilderkunst. van het KMMA, in samenwerking met BOZAR. De schilderijen, archiefstukken en voorwerpen uit de collectie van historicus Bogumil Jewsiewicki die tentoongesteld worden zijn sterk verbonden met het dag dagelijkse leven van de Congolezen. Langs de ene kant zijn ze zeer kritisch en kaarten ze verschillende problemen aan maar langs de andere kant is er ook veel humor in verwerkt waardoor de onderwerpen wat luchtiger worden.

hortahal-1

De indrukwekkende Hortahal maakt ook deel uit van de tentoonstelling met een installatie van kunstenaar Sammy Baloji. Hij is tevens samen met Bambi Ceuppens curator van de tentoonstelling.

img_5523Voor de beschildering van zowel het fronton als de zuilen heeft hij zich laten inspireren door inheemse motieven die voorkomen op het gerechtsgebouw van het Congolese Niangara, dat in 1903 op vraag van de Belgische koloniale autoriteiten door lokale schilders werd beschilderd. Het bureau Überkrackig zorgde voor de traditionele motieven en patronen en met de hulp van vier studenten van de Académie Royale des Beau (ESA), Dabie Hur, Guillaume Cazemet, Rachel Magnan, Stéphane Stadler en één student van La Cambre (ENSAV) Edouard Pagant krijgt het gerechtsgebouw als het ware een tweede leven in de Hortahal. Zeker de moeite waard om een kijkje te gaan nemen.

 

img_5514

Ook een aangrenzende muur wordt onderhanden genomen. Djo Bolankoko en twee andere studenten van de Straatburgse Haute École des Arts du Rhin (HEAR) zorgen ervoor dat de muur wordt omgetoverd tot een collage van verschillende uithangborden van winkeltjes en populaire schilders in Kinshasa. Het straatbeeld en het Congolese dagdagelijkse komt hierdoor echt tot leven.

Le relooking a commencé !

©IRSNB

 

Pour être à nouveau la curiosité de nos visiteurs, les spécimens zoologiques qui figureront dans la nouvelle exposition permanente du MRAC suivent un traitement de jouvence ! Pas moins de 174 spécimens doivent passer entre les mains de taxidermistes.

 

 

Devant l’ampleur du travail, la taxidermie a été confiée partiellement à la firme néerlandaise Bouten, et partiellement à l’Institut royal des Sciences naturelles de Belgique (IRSNB). Bouten assurera notamment la restauration de l’éléphant

©IRSNB

et de la girafe, restauration qui se fera au sein même de notre musée. À l’IRSNB, Christophe De Mey et Virginie Grignet assurent la restauration d’une bonne partie de nos oiseaux et de nos trophées.

Au total, ce sont 63 oiseaux, 14 reptiles, 52 mammifères et 45 trophées de mammifères qui sont restaurés. Pour les oiseaux, la restauration consiste essentiellement en un nettoyage et une remise en volume du plumage avec une recoloration des parties nues.

Pour les mammifères, il s’agit de recoller les déchirures et de rajouter des poils lorsque la fourrure est dégarnie. Enfin, pour les reptiles, il faut réparer les craquelures et rafraîchir leur couleur.

L’opération a débuté en février 2016 et devrait prendre un an.

Askanyi au Studio Congo

Askanyi³Un dimanche par mois, dans le cadre du musée pop-up, « Africa Sunday » est organisé à AfricaMuseum@BOZAR.

C’est ainsi que ce dimanche 13 décembre, se sont élevées les voix du groupe Askanyi dans le Studio Congo ; le public en a perdu la sienne…

C’est devant près de 150 personnes, petits et grands, venant de tous horizons, que se sont produits les musiciens et chanteurs du groupe.

Askanyi (qui signifie « peuples » en wolof), c’est un mélange d’instruments à cordes et de chants traditionnels africains. Si cette combinaison peut paraître étonnante au départ, elle l’est encore plus lorsqu’on écoute les artistes à l’œuvre.

On est tout de suite impressionné par la DSC_0119puissance des voix et la beauté du mélange. Impossible de ne pas être transporté et de ne pas frissonner devant ce spectacle. Sans que l’on ne s’en rende compte, le Studio Congo a voyagé ce dimanche, gratuitement et durant une heure, pour le plus grand plaisir de tous.

Membres du groupe : Les musiciens Esther Lambrechts, Sebastien Paz Ceroni, Marijn Thissen, Robrecht Kessels et les chanteurs Jupiter Diop, Marie-Ange Teuwen, Nicole Letuppe et Fredy Massamba (remplacé ce dimanche par Soul T).

Stacy Adabunu, stagiaire MRAC

 

Askanyi4

Six Professionnels d’origine Africaine associés à la rénovation du Musée

Réunion MRAC- Scénographes- Groupe des 6 du 5 mars 15 MD

© Ayoko Mensah

Depuis plus d’un an, six professionnels d’origine africaine, élus par le Comraf (Comité de concertation MRAC-Associations africaines) participent au processus d’élaboration de la nouvelle exposition permanente du musée.

Une initiative expérimentale.

Cela fait plus de dix ans que le Musée royal de l’Afrique centrale collabore avec des associations des diasporas africaines en Belgique. Créé en 2003, le Comraf incarne ce lien en tant qu’organe consultatif permanent qui réunit des représentants des diasporas et du musée.

L’immense chantier de la rénovation, et plus particulièrement l’élaboration de la nouvelle exposition permanente, ne pouvait donc avoir lieu sans y associer des professionnels originaires d’Afrique centrale.

En septembre 2014, le Comraf a ainsi élu six « experts », aux compétences complémentaires, chargés de participer au long et complexe processus de création de la nouvelle exposition permanente : Toma Muteba  Luntumbue, artiste, professeur à l’École de la Cambre et commissaire d’exposition ; Billy Kalonji, président du Comraf et responsable de la Plateforme Associative Africaine d’Anvers ; Anne Wetsi Mpoma, journaliste et productrice ; Emeline Uwizeyimana, sociologue et chercheuse à l’ULB ; Gratia Mpungu, sociologue et Ayoko Mensah, consultante.

Depuis son entrée en fonction, le mois suivant, ce « Groupe des six » a assisté à une trentaine de réunions avec différentes parties prenantes : la chef de projet, le comité de pilotage, les responsables scientifiques, mais aussi les muséologues et les scénographes.

La conception de la nouvelle exposition, ses choix muséographiques et son organisation thématique ont fait l’objet de nombreuses questions, de critiques et de propositions alternatives de la part des six experts.

ayokoh bewerkt

© Ayoko Mensah

Chaque réunion a été l’occasion d’intenses débats et d’échanges de points de vue constructifs et enrichissants. L’enjeu du nouveau musée de Tervuren, une fois rénové, n’est-il pas de décentrer le discours européen et de renouveler le regard du public sur les sociétés d’Afrique centrale, loin des clichés coloniaux d’antan ?

Pour cela, les idées, les suggestions et les apports du «Groupe des six», nourris par les membres du Comraf, s’avèrent tout simplement déterminants.

 

Ayoko Mensah

Sneak Peek inside the museumbuilding !

museumwerf-779

Start the slideshow and see how much the museum has changed since your last visit !

Watch also:
The construction site until April 2015
Sneak Peek inside from February until July ’15
Ministers and press visit the construction site
Emptying the galleries of the Royal Museum for Central Africa

The construction site from January ’15 until August ’15

12jan15

Construction site between January ’15 and August ’15. Photo: Jo Van de Vijver

Click on the picture to start the slideshow and see how the site has changed since January ’15.
The underground gallery which will take you from the new welcome pavilion to the old museum building has been divided into different areas, including a corridor, a temporary exhibitions hall, an auditorium, and a technical space, and covered using prestressed concrete roof slabs.

The structure of the new welcome pavilion and underground gallery will very soon be watertight.

 

  • Click here to see the construction site from October ’13 until April ’15.