Category Archives: Construction site

Six Professionnels d’origine Africaine associés à la rénovation du Musée

Réunion MRAC- Scénographes- Groupe des 6 du 5 mars 15 MD

© Ayoko Mensah

Depuis plus d’un an, six professionnels d’origine africaine, élus par le Comraf (Comité de concertation MRAC-Associations africaines) participent au processus d’élaboration de la nouvelle exposition permanente du musée.

Une initiative expérimentale.

Cela fait plus de dix ans que le Musée royal de l’Afrique centrale collabore avec des associations des diasporas africaines en Belgique. Créé en 2003, le Comraf incarne ce lien en tant qu’organe consultatif permanent qui réunit des représentants des diasporas et du musée.

L’immense chantier de la rénovation, et plus particulièrement l’élaboration de la nouvelle exposition permanente, ne pouvait donc avoir lieu sans y associer des professionnels originaires d’Afrique centrale.

En septembre 2014, le Comraf a ainsi élu six « experts », aux compétences complémentaires, chargés de participer au long et complexe processus de création de la nouvelle exposition permanente : Toma Muteba  Luntumbue, artiste, professeur à l’École de la Cambre et commissaire d’exposition ; Billy Kalonji, président du Comraf et responsable de la Plateforme Associative Africaine d’Anvers ; Anne Wetsi Mpoma, journaliste et productrice ; Emeline Uwizeyimana, sociologue et chercheuse à l’ULB ; Gratia Mpungu, sociologue et Ayoko Mensah, consultante.

Depuis son entrée en fonction, le mois suivant, ce « Groupe des six » a assisté à une trentaine de réunions avec différentes parties prenantes : la chef de projet, le comité de pilotage, les responsables scientifiques, mais aussi les muséologues et les scénographes.

La conception de la nouvelle exposition, ses choix muséographiques et son organisation thématique ont fait l’objet de nombreuses questions, de critiques et de propositions alternatives de la part des six experts.

ayokoh bewerkt

© Ayoko Mensah

Chaque réunion a été l’occasion d’intenses débats et d’échanges de points de vue constructifs et enrichissants. L’enjeu du nouveau musée de Tervuren, une fois rénové, n’est-il pas de décentrer le discours européen et de renouveler le regard du public sur les sociétés d’Afrique centrale, loin des clichés coloniaux d’antan ?

Pour cela, les idées, les suggestions et les apports du «Groupe des six», nourris par les membres du Comraf, s’avèrent tout simplement déterminants.

 

Ayoko Mensah

Sneak Peek inside the museumbuilding !

museumwerf-779

Start the slideshow and see how much the museum has changed since your last visit !

Watch also:
The construction site until April 2015
Sneak Peek inside from February until July ’15
Ministers and press visit the construction site
Emptying the galleries of the Royal Museum for Central Africa

The construction site from January ’15 until August ’15

12jan15

Construction site between January ’15 and August ’15. Photo: Jo Van de Vijver

Click on the picture to start the slideshow and see how the site has changed since January ’15.
The underground gallery which will take you from the new welcome pavilion to the old museum building has been divided into different areas, including a corridor, a temporary exhibitions hall, an auditorium, and a technical space, and covered using prestressed concrete roof slabs.

The structure of the new welcome pavilion and underground gallery will very soon be watertight.

 

  • Click here to see the construction site from October ’13 until April ’15.

La restauration de l’étang miroir

vijverJO-jul15
Les travaux pour la restauration de l’étang miroir et de la fontaine en face du musée ont débuté au printemps 2015. L’entrepreneur pour ces travaux est Denys nv, c’est-à-dire le même que pour les travaux de musée. Au printemps 2016, l’étang sera à nouveau rempli et la fontaine entrera à nouveau en fonction.

L’occasion de revenir sur l’histoire de cet étang…

L’exposition de 1897
L’étang et les Jardins français ont été construits à l’occasion de l’Exposition universelle de 1897. Pour le concept, il a été fait appel, en 1895, au Français Elie Lainé. Il faut y voir la main de Léopold II qui a régulièrement fait appel à cet architecte de jardin pour lui confier des missions spécifiques. Il a travaillé à Laeken et à Ostende, a dessiné le Parc de Woluwé ainsi qu’une série de plans pour Tervuren. À Tervuren, il a donc d’abord dessiné ce que l’on appelle les Jardins français.

HP.2002.1.69
Un étang miroir
Lainé a conçu un plan en faisant un usage salutaire d’un terrain en pente mais tout en lui imprimant un ordonnancement rigide. Au centre, entre le Palais des Colonies et la Plaine de Jeux, il intègre un étang en ellipse, d’une longueur de 135 m. Cet étang est appelé « l’Étang miroir » même si l’on peut estimer que ce nom a dû lui avoir été donné après la construction du bâtiment du musée en 1910. Sa façade se reflète en effet extraordinairement bien à la surface de l’eau. Autour de l’étang, Lainé a dessiné un canevas de parterres de fleurs, de pelouses et de chemins de promenade, parfaitement symétrique et précis. Il a prévu une percée avec des parterres aménagés en terrasses et des escaliers menant aux étangs du Parc. En contrebas, un autre étang est creusé. Il relie les parterres au reste du Parc et surtout au canal datant de 1755. Pour ne pas interrompre la drève, un pont en fer est placé au-dessus de cet étang.

HP.2002.1.58
Les travaux
Les plans ont été exécutés par l’entrepreneur Fichefet sous la direction de l’inspecteur général Victor Besme qui suivra les conceptions d’Elie Lainé. Des difficultés inattendues ont surgi. En creusant l’étang inférieur, on est tombé sur des sables mouvants, ce qui a entraîné un important surcoût. On a dû enfoncer nombre de palplanches et un épais mur circulaire a dû être construit avec des pierres récupérées au Pavillon détruit du Prince d’Orange.
La fontaine de l’Étang miroir n’a été installée qu’après que l’exposition ait atteint son point d’orgue. C’est le sculpteur Jean Herain, d’Ixelles, qui a reçu la mission du ministre des Travaux publics et des Beaux-Arts de placer dans le « bassin miroir » une « vasque fontaine ». Par un contrat sur papier timbré du 10 août 1897, le sculpteur s’engage à prester le travail pour le 10 septembre 1897. Le travail fut prêt à temps.

 

D’après Maurits Wynants, Des Ducs de Brabant aux villages Congolais : Tervuren et l’Exposition coloniale 1897. (1997)

Rondleiding door architect Stéphane Beel op de werf (juni 2015)

Stéphane Beel, l’architecte de la rénovation du Musée royal de l’Afrique centrale (MRAC) commente les travaux depuis le chantier. (Juin 2015)

Version with English subtitles :
Renovation architect Stéphane Beel gives a guided tour of the Royal Museum for Central Africa (RMCA) construction site. (June 2015)

Peek inside the museumbuilding

renovation museumbuilding February - July 2015

Renovation of the museumbuilding between February – July 2015. Photos J. Van de Vijver

Peek inside the museumbuilding ! Start the slideshow by clicking on the picture.

You’ll be amazed to see how work has progressed between February and July 2015 and how much the museum has changed !

Watch also:
The construction site until April 2015
Ministers and press visit the construction site
Emptying the galleries of the Royal Museum for Central Africa

The construction site until April 2015

 

New pavilion is emerging. Photo: Jo Van de Vijver

Construction site between October 2013 and April 2015. Photo: Jo Van de Vijver

Click on the picture to start the slideshow and see how the site has changed since construction began in October 2013.

By the end of April 2015 the underground gallery has been divided into different areas, including a corridor, a temporary exhibitions hall, an auditorium, and a technical space, and covered using prestressed concrete roof slabs.
The steel skeleton of the new pavilion has emerged.

Un pavillon d’information pour le public / Een werfkeet voor het publiek

werfkeet

Depuis fin mars 2015, les promeneurs dans le parc de Tervuren peuvent prendre connaissance avec les travaux de rénovation du musée. Sur le chantier autour du musée, à proximité d’où est érigé le nouveau pavillon, se trouve en effet un conteneur qui peut être visité librement.

Dans ce pavillon d’information se trouvent notamment une maquette du nouveau site, les plans du site et du nouveau musée, des interviews et des vidéos sur l’évolution des travaux.

Ce pavillon d’information est uniquement accessible les dimanches de 13h à 18h.

———————————————————————————

Sinds eind maart 2015 kunnen wandelaars in het park van Tervuren kennismaken met de renovatiewerken aan het museum. Op de werf rond het museum, aan de voet van waar het nieuwe paviljoen oprijst, staat namelijk een container die vrij kan bezocht worden.

In deze ‘werfkeet’ vind je o.a. een maquette van de vernieuwde site, een infozuil met grondplannen van de site en het vernieuwde museum, interviews en filmpjes over de evolutie van de werken.

Deze werfkeet is momenteel enkel toegankelijk op zondagen van 13u tot 18u.