Category Archives: Director Gryseels

Tous sur le pont pour ouvrir en juin 2018

renovationoct16_9_smLa rénovation d’un musée comme celui du Musée de l’Afrique est une tâche colossale à laquelle environ 200 personnes ont travaillé de manière intensive l’année dernière. Rien qu’à la Régie des bâtiments (maître d’ouvrage), une équipe de 25 personnes se penche sur cette rénovation et 23 personnes au sein de l’Association temporaire Stéphane Beel (architecte) collaborent à ce projet.

Jo Van de Vijver © MRAC

Jo Van de Vijver © MRAC

 

En plus des architectes et des ingénieurs, 100 personnes en moyenne travaillent quotidiennement sur le chantier et ceci dans les spécialités les plus diverses : restaurateurs, tailleurs de pierre, vitriers, menuisiers, couvreurs, etc.

Au sein du musée, 47 personnes sont impliquées dans ce processus de rénovation. Un commissaire scientifique et un coordinateur de zone se trouvent à la tête de chacune des dix zones d’expositions. Ils travaillent en étroite collaboration avec les gestionnaires de collections.

Une équipe interne de restaurateurs examine également chaque pièce afin de déterminer quel traitement elle doit éventuellement subir. Certaines pièces sont restaurées en interne, d’autres doivent être envoyées à des restaurateurs externes. Le service de communication – en collaboration avec un bureau externe – travaille actuellement à la réalisation et à l’implémentation d’un nouveau style graphique et d’un nouveau site web. Quant aux collaborateurs du service éducatif, ils sont en train de développer de nouveaux outils éducatifs. Il va de soi que le projet est aussi suivi sur le plan administratif et financier, ce qui est déjà un véritable exploit en soi.
La diversité des aspects de cette rénovation rendait jusqu’à présent très difficile d’estimer une date de réouverture. Mais les façades en verre du nouveau pavillon d’accueil sont à présent en cours de placement et il devient possible de fixer avec une relative certitude la date de réception des travaux du Musée de l’Afrique à mai 2017. Après la réception des travaux, dix à douze mois environ seront encore nécessaires pour l’aménagement du pavillon d’accueil et de l’exposition permanente. Sans circonstances imprévues, le musée pourra rouvrir ses portes au public en juin 2018.

Guido Gryseels, directeur : Aucun musée n’aime être fermé : c’est contre nature. D’autre part, nous devons réaliser que quatre années et demie de fermeture pour un projet aussi gigantesque sont tout à fait normales. Tous devront encore être sur le pont pendant une bonne année et demie, car le travail qui nous attend équivaut à la réalisation simultanée d’environ dix expositions temporaires. Après toutes ces années de préparatifs, nous voulons prendre le temps qu’il faut pour achever l’exposition permanente dans les détails et pouvoir rouvrir en grande pompe.

Going Postal, a new pop-up exhibition at BELvue museum

Going PostalOn Friday Feb. 5, 2016, the Royal Museum for Central Africa opened ‘Going Postal. (Hi)stories and philately in Belgium’, one of the last pop-up exhibitions while being closed for renovation work. This exhibition presents precious pieces unknown to the public, from private and RMCA collections of postal history.

The opening event

Mathilde Leduc-Grimaldi, curator of 'Going Postal'

Mathilde Leduc-Grimaldi, curator of ‘Going Postal’

With approximately a hundred people or so attending the event on February 5th, the opening was a warm way to mix scientists, curators, art lovers, philatelists and experts under the glass-roof of the newly renovated patio of Belvue Museum, proving once again, that stamps and philately are still in favour of a large range of people.
In their speeches, Director G. Gryseels (RMCA) and Dr D. Allard (King Baudouin Foundation) underlined the privileged relations the Foundation and the Museum have in common, while the curators of the exhibition, Dr M. Leduc-Grimaldi  & P. Maselis emphasized the dynamism of philately, a genre and a collecting process attracting international attention, from kids to fashion designers, Museum curators, and heads of states alike.

 

 

The blog4exhibition “Going Postal” presents for the first time to the general public the postal collection of the RMCA mixed with loans from major private collectors from Belgium and bpost, the Belgian Post Group. This conjunction is the occasion of a cultural cross-fertilization in a field rarely opened to broad audiences: art, engineering, politics, or scientific expeditions in stamps highlight the dynamism of Belgium, inside or outside the country.

blog6A unique postal collection
The RMCA postal collection is unique in its constitution. Made of the iconographic archives from postal administration of the Ministry of Colonies, it keeps the various stages of a stamp creating process of, from the Ministry’s decision to the implementation of the project and its final outcome. The RMCA holds the initial sketches, watercolours, tests of colours, or proofs of stamps that were used in the Congo Free State, then in the Belgian Congo and Ruanda-Urundi, from 1885 up to their independence. The rendering of the dainty flora and the lively animals is enchanting, the detailed drawings of pieces of African art, stupendous.

blog5Besides bringing back this exceptional collection to its original lustre, tracking and researching additional documents split at an earlier period was the usual curator’s work. It offers an unparalleled example of views of the country at that period, and echoes the colonial demeanour of the period, when Belgium and Congo’s histories followed the same path for a while.

Practical information
– Temporary exhibition :’Going Postal. (Hi)stories and philately in Belgium
title in French: ‘Complètement timbré.Histoires et philatélie en Belgique’
title in Dutch: ‘Filateliefde.De geschiedenis van België via postzegels‘)
– From 6 February until 10 April 2016
– Location: BELvue museum, Place des Palais 7, 1000 Brussels
– Free entrance
– Open from Tuesday to Friday from 9.30 a.m. to 5 p.m.; during the weekend from 10 a.m. to 6 p.m.; on Monday, for groups, by appointment.

> Consult our website for more information on the exhibition, guided tours and catalogue.

Six Professionnels d’origine Africaine associés à la rénovation du Musée

Réunion MRAC- Scénographes- Groupe des 6 du 5 mars 15 MD

© Ayoko Mensah

Depuis plus d’un an, six professionnels d’origine africaine, élus par le Comraf (Comité de concertation MRAC-Associations africaines) participent au processus d’élaboration de la nouvelle exposition permanente du musée.

Une initiative expérimentale.

Cela fait plus de dix ans que le Musée royal de l’Afrique centrale collabore avec des associations des diasporas africaines en Belgique. Créé en 2003, le Comraf incarne ce lien en tant qu’organe consultatif permanent qui réunit des représentants des diasporas et du musée.

L’immense chantier de la rénovation, et plus particulièrement l’élaboration de la nouvelle exposition permanente, ne pouvait donc avoir lieu sans y associer des professionnels originaires d’Afrique centrale.

En septembre 2014, le Comraf a ainsi élu six « experts », aux compétences complémentaires, chargés de participer au long et complexe processus de création de la nouvelle exposition permanente : Toma Muteba  Luntumbue, artiste, professeur à l’École de la Cambre et commissaire d’exposition ; Billy Kalonji, président du Comraf et responsable de la Plateforme Associative Africaine d’Anvers ; Anne Wetsi Mpoma, journaliste et productrice ; Emeline Uwizeyimana, sociologue et chercheuse à l’ULB ; Gratia Mpungu, sociologue et Ayoko Mensah, consultante.

Depuis son entrée en fonction, le mois suivant, ce « Groupe des six » a assisté à une trentaine de réunions avec différentes parties prenantes : la chef de projet, le comité de pilotage, les responsables scientifiques, mais aussi les muséologues et les scénographes.

La conception de la nouvelle exposition, ses choix muséographiques et son organisation thématique ont fait l’objet de nombreuses questions, de critiques et de propositions alternatives de la part des six experts.

ayokoh bewerkt

© Ayoko Mensah

Chaque réunion a été l’occasion d’intenses débats et d’échanges de points de vue constructifs et enrichissants. L’enjeu du nouveau musée de Tervuren, une fois rénové, n’est-il pas de décentrer le discours européen et de renouveler le regard du public sur les sociétés d’Afrique centrale, loin des clichés coloniaux d’antan ?

Pour cela, les idées, les suggestions et les apports du «Groupe des six», nourris par les membres du Comraf, s’avèrent tout simplement déterminants.

 

Ayoko Mensah

De wonderlijke Pop-up expo ‘Ce tant curieux musée du monde’ in MAC’s, Grand Hornu

grandhornu3

Interview met Laurent Busine, directeur MAC’s (rechts) en met Guido Gryseels, directeur KMMA (op de achtergrond).

Een tip voor de kerstvakantie?

Nog tot 18 januari 2015 loopt op de voormalige industriële site van het Musée des Arts Contemporains (MAC’s) te Grand Hornu, de wonderlijke tentoonstelling ‘Ce tant curieux musée du monde’. Deze tentoonstelling toont collecties van het Koninklijk Museum voor Midden-Afrika, aangevuld met diverse foto’s.

Op uitnodiging van het KMMA dompelde Laurent Busine, de directeur van het MAC’s, zich onder in de collecties van het KMMA met de bedoeling er een eigen tentoonstelling van te maken. Toen hij ons zijn selectie toestuurde werd er wat vreemd opgekeken: de selectie was op z’n minst eigenzinnig  te noemen… Termietenheuvels, Pende maskers, een opgerolde olifantshuid, gesculpteerde potdeksels, een kleine fuik, een spreekwoordenkoord, schedel en beenderen van een olifant, een aantal gleuftrommels, dieren op sterk water, dozen insecten, archeologische vondsten, houtstalen enz.

Het resultaat is echter een verbluffend mooie en poëtische tentoonstelling. Laurent Busine slaagt er in om op een ontroerende manier objecten samen te brengen die op het eerste zicht niet samen horen.
De tentoonstelling is zo wonderlijk omdat Busine ze op een heel andere manier benadert dan dat wij, het KMMA, dat als wetenschappelijke instelling gewoon zijn. Een termietenheuvel doet hem denken aan een hedendaagse sculptuur en een visfuik is, los van zijn context, een mysterieus en frêle kunstwerk. Busine heeft niet de traditionele topstukken uit de collecties van het KMMA gekozen, maar dat wat hem op zijn ontdekkingstocht door de collecties fascineerde. Hij wil de bezoeker hetzelfde gevoel van verrukking en bevreemding geven dat hem bij zijn ontdekkingstocht overviel. En daar slaagt hij wonderwel in..

Wie nog wil genieten van deze ‘must see’, moet zich haasten!
Ce tant curieux musée du monde’ , nog tot 18 jan.2015 in het MAC’s te Grand-Hornu.

Les derniers jours de «l’ancien» musée…

Notre directeur Guido Gryseels fermant les portes du musée

Notre directeur Guido Gryseels fermant les portes du musée
Clicquez sur la photo pour regarder l’album

“Voilà des années que l’on parle de la rénovation du musée, et voilà des années que je pense que nous fermerons « bientôt ». Mais cette fois-ci c’était pour de bon : le samedi 30 novembre et le dimanche 1er décembre étaient les derniers jours de « l’ancien » musée. À cette occasion, l’entrée était gratuite et l’éléphant était la première grande pièce à quitter le musée. Tout un symbole.

L’affluence de la presse était extraordinaire et le nombre de visiteurs a dépassé nos espérances : 15 000 personnes sont venues visiter le musée une dernière fois. On se marchait un peu sur les pieds, mais l’ambiance était malgré tout très agréable, musique et activités jaillissant un peu partout. Encore une fois, nombreuses étaient les familles avec enfants : le musée a donc pleinement fait honneur à sa réputation de « musée familial ».

Personnellement, comme de nombreux autres membres du personnel, j’ai tout de même vécu ce dernier week-end avec un double sentiment. Nous attendions tous ce moment avec impatience. Mais lorsque le dernier visiteur a quitté le musée et que le directeur a fermé les portes de son musée pour la dernière fois, nous nous sentions tous très émus. Pour la plupart d’entre nous, le musée n’est pas seulement notre cadre de travail, c’est aussi un lieu auquel nous sommes profondément attachés.”

(Kristien Opstaele – chef de service Communication)

Regarder les photos